Trouver une échelle d'évaluation clinique - Médecine Physique et de Réadaptation

échelles d'évaluations cliniques - GAS

Goal Attainment Scaling L'échelle GAS : Qu'est-ce que c'est ?

Accès réservé :

Echelle GAS - calcul des scores : pour accéder à cet outil, vous devez disposer d'un compte utilisateur.

Ouvrir un compte :


Login : *

6 à 10 caractères : lettre sans accent ou chiffre

Mot de passe : *

6 à 10 caractères : lettre sans accent ou chiffre

Confirmer mot de passe : *

Adresse email : *

pour récupérer vos identifiants en cas d'oubli

Déjà inscrit :


Accédez à votre outil en vous identifiant :

Login : *

Mot de passe : *

Identifiants oubliés ?  Cliquez ici

Échelle GAS :

 Qu'est-ce-que c'est ? ^ haut de page

HISTORIQUE

  - Décrite pour la première fois dans les années 1960

      . Pour évaluer les résultats de la capacité d'apprentissage (1)

  - Désormais appliquée dans de nombreux domaines de rééducation :

      . Personnes âgées (2,3)
      . Douleur chronique (4)
      . Rééducation cognitive (5)
      . Rééducation des amputés (6)
      . Rééducation neurologique (7)
      . Prise en charge de la spasticité (8)


QU'EST-CE QUE L'ÉCHELLE GAS ?

  - Les scores GAS évaluent le degré de réussite

      . dans la réalisation des objectifs d'un programme de rééducation

  - Chaque score émane d'objectifs personnalisés et fixés à priori avec chaque patient

  - L'atteinte des objectifs est fixée

      . sur une échelle discrète,
      . afin de calculer une mesure standardisée


POURQUOI UTILISER L'ÉCHELLE GAS ?

  - Évite les inconvénients liés aux échelles de mesure générique :

      . Effets plancher et plafond
      . Manque de sensibilité (en particulier mesures globales)

  - Définit les objectifs

  - Favorise la communication et l'évaluation des objectifs de mesure avec l'équipe de rééducation

  - Favorise la participation du patient et du personnel soignant :

      . Les objectifs sont plus susceptibles d'être atteints si les patients participent à leur définition (4)

  - Des preuves de plus en plus nombreuses montrent que :

      . L'échelle GAS montre une sensibilité supérieure par rapport aux autres instruments de mesure
        pour détecter les changements concernant des objectifs personnalisés (7, 9, 10)

  - C'est la seule échelle à pouvoir évaluer l'effet du traitement quand il y a une hétérogénéité des
    patients et des objectifs


CARACTÉRISTIQUES DE L'ÉCHELLE GAS

  - Demande la fixation d'objectifs clairs pour un traitement donné

  - Mesure de manière spécifique uniquement les éléments que l'intervention est destinée à changer

      . par exemple symptômes, capacités ou succès

  - Contribue à organiser et à cibler le traitement


L'ÉCHELLE GAS EST UN CONCEPT DIFFÉRENT DES ÉCHELLES CLASSIQUES

  - N'est pas une mesure de fonctionnement :

      . Elle mesure l'atteinte des objectifs

  - Elle dépend de deux éléments :

      . La capacité du patient à changer

      . La capacité de l'équipe à prévoir un résultat

  - Il est raisonnable d'attendre

      . que les cliniciens proposent un traitement et aient une certaine idée du résultat probable afin
        d'équilibrer les bénéfices et les effets négatifs de l'intervention.


OBJECTIFS COMMUNS DANS LA SPASTICITÉ

  - Fonction passive et réduction des contractures :

      . Faciliter l'hygiène du bras/de la main, ex : se nettoyer sous le bras, se couper les ongles

      . Faciliter l'étirement du membre / la pose d'une attelle

  - Douleur :

      . Réduire la douleur liée à la spasticité

  - Mouvements involontaires :

      . Réduire les réactions associées aux efforts

  - Fonctionnement actif :

      . Utilisation du bras pour soulever ou porter quelque chose


COMMENT UTILISER L'ÉCHELLE GAS : 3 ÉTAPES SIMPLES

  - Étape 1 :

      . Fixation des objectifs

  - Étape 2 :

      . Évaluation de l'atteinte des objectifs
        (Tout ce que les cliniciens ont besoin de savoir)

  - Étape 3 :

      . Pondération de l'importance
        (Facultatif)


(1) Kiresuk T, et al. Comm Mental Health J 1968; 4: 443-453.
(2) Stolee P, et al. J Am Geriatr Soc 1992; 40(6): 574-578.
(3) Stolee P, et al. J Aging Health 1999; 11(1): 96-124.
(4) Williams RC, et al. Clin J Pain 1987; 2: 219-228.
(5) Rockwood K, et al. J Clin Epidemiol 1997; 50(5): 581-588.

(6) Rushton PW, et al. Arch Phys Med Rehabil 2002; 83(6): 771-775.
(7) Turner-Stokes L, et al. Journal of Rehabilitation Medicine 2009 - e.pub ahead of print.
(8) Ashford S, et al. Physiotherapy Res Int 2006; 11: 14-23.
(9) Rockwood K et al. J Clin Clinical Epidemiol 1993; 46(10): 1113-1118.
(10) Gordon JE et al. Age Ageing 1999; 28(3): 275-281.

^ haut de page

. . . . . . . . . . . . . . . . .     Copyright © 2012 Cytisco - Agence web. All rights reserved         . . . . . . . . . . . . . . . .